HISTOIRE

Home  >>  HISTOIRE

Histoire

Toutes les personnes concernées par le reiki reconnaissent Mikao Usui , moine Japonais, comme celui qui a permis de redécouvrir cette méthode de guérison naturelle, plusieurs fois millénaire, dont les origines remontent au Tibet.

Elle porte aujourd’hui son nom : USUI SHIKI RYOHO et signifie tout simplement Système de guérison naturelle Usui.

Différentes hypothèses indiquent que Mikao pourraît être un moine chrétien ou bouddhiste. Peu importe à vrai dire ! Le reiki aujourd’hui est universel, c’est une philosophie de vie.

Des origines japonaises

Vers 1850, Mikao Usui, professeur de théologie dirige l’université de Doshisha à Kyoto au Japon. Un jour, un de ses étudiants lui pose une question qui va bouleverser sa vie : a t-il déjà assisté à des miracles tels qu’ils sont décrits dans la bible ?

Mikao répond par la négative et entreprend de trouver une réponse. Il quitte son poste d’enseignant pour se remettre à étudier afin d’élucider le mystère de la guérison, de l’énergie et de la vie.

Recherche et illumination

Après sept années de recherche à travers le monde, il découvre enfin des notes prises par un disciple de Bouddha : il est en possession d’une technique mais n’en connaît pas l’utilisation exacte. Mikao décide de faire une retraite dans les montagnes.

Malgré la soif, la faim, le découragement et le doute qui l’assaillent, il se plonge plus intensément encore dans la méditation demandant l’aide de la force divine et des forces de la nature. Le vingt et unième jour, Mikao voit fondre sur lui une boule de lumière d’une intensité indescriptible et entre dans une transe profonde. Devant ses yeux, des milliers de bulles de lumière contiennent quelque chose. Mikao reconnaît les symboles découverts dans les manuscrits du disciple de Bouddha. Et immédiatement, intuitivement, il comprend ce que signifient ces symboles et leur utilisation.

Mikao se rend alors dans les quartiers pauvres de Kyoto pour aider et soigner les plus démunis. Or il constate souvent le retour de ceux qu’il avait guéris, qui préfèrent mendier plutôt que de s’insérer dans la vie. Mikao comprend alors qu’on ne peut pas aider quelqu’un s’il n’en a pas la volonté. Pour guérir, le patient doit pleinement s’impliquer dans le processus de guérison et modifier sa façon de penser. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>